« Le monstre malheureux »

Pylgrim et les enfants de l’école primaire Pierre et Marie Curie à Saint-Barthélemy-d’Anjou ont réalisé un dessin animé à partir de la technique du « stop motion » (1) ; un atelier pédagogique imaginé par leurs instituteurs (Anne et Olivier) pour qu’ils découvrent le processus de création d’une animation depuis la construction du récit jusqu’à la mise en scène image par image. Ce projet s’est déroulé sur une période de trois mois, en voici les différentes étapes illustrées et aussi commentées (2) par le THV, partenaire du projet.

(1) Stop motion : animation image par image (2) En italic, extraits du blog du THV

1 – La narration

Les enfants ont créé, avec leurs instituteurs, une histoire intitulée « Le monstre malheureux ».
« Une histoire de sorcière, de sirène, d’enfants et surtout de monstres… Gentils ? Ça vous le découvrirez plus tard, on ne vous dit pas tout ! Mais ce qui est sûr, c’est que les enfants ont laissé libre cours à leur imagination. »

2 – L’illustration, les décors et la mise en scène

A partir de cette histoire et suivant les indications très précises données par les enfants, Pylgrim a dessiné les personnages et réalisé un scénario en images (storyboard), où ces personnages évoluent au fil du récit. Lorsque les personnages dans leurs différentes postures et les accessoires ont été prêts, les enfants les ont coloriés et découpés. Et, en classe, ils ont fabriqué les décors…
« Les enfants ont envoyé leur récit à Pylgrim qui leur a fait une première proposition d’illustration. Mais en véritables petits professionnels, les enfants lui ont fait des retours très critiques, sachant précisément ce qu’ils voulaient… »

Atelier graphisme enfants L’atelier de coloriage (Crédit photo THV)

Le storyboard de l'animation La première page du storyboard

3 – La prise de vue

La prise de vue
La prise de vue (Crédit photo THV)

Lorsque tout a été prêt nous avons photographié les différentes scènes en animant les personnages, suivant le storyboard.
« Hier, Pylgrim s’est rendu pour la second fois auprès des enfants pour procéder à la prise de vue des différentes images qui composeront l’animation. Aidé par une soixantaine de petites mains empressées, et suivant scrupuleusement le story-board de l’histoire imaginée par l’école, Laurent (Pylgrim) a cadré, zoomé, flooté… image par image. Les enfants et leur enseignants avaient abattu un boulot de dingue : décors somptueux, personnages dans toutes les positions, système ingénieux pour les faire évoluer, pelouse faite poussée pour l’occasion, titre en lettres choisies, accessoires finement découpés… Un bataillon de «bidules» précieux dont les enfants étaient archi fiers. »

(Dé)placement des personnages sur la scène
(Dé)placement des personnages sur la scène (Crédit photo THV)

4 – Le montage en stop motion

A partir des différents clichés, mis bout-à-bout ; en ajoutant ça-et-là quelques effets graphiques et bruitages ; et surtout, en suivant l’enregistrement de la voix de Anne qui lit le récit des enfants, Pylgrim a réalisé le montage de l’animation…
« Le résultat a été projeté devant les enfants impatients qui on apprécié leur travail. Les applaudissement furent fournis, pour eux-mêmes et pour ceux qui les ont accompagnés. »

Atelier graphisme enfants : quelques photos intégrées au montage